Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/04/2010

Lo pin de Nadal - Le sapin de Noël

Gorges du Gardon.jpg

... Dau planasteu onte s'encaissava Gardon - ... Du plateau les gorges du Gardon




Dans la tradition des conteurs occitans de l'Uzège, André Potin nous offre ce texte plein de sensibilité, de poésie amplifiées par la musicalité de la langue occitane.


Avià butat solet sus lo planasteu desert, espossat per lo vent, arrapat ai peiras blancas
Il avait poussé tout seul sur le plateau désert, accroché aux pierres calcaires

mossudas per endrech. grana menuda carrejada aqui per quaqu' agaça raubaira,
que la mousse recouvrait par endroits. Il n'avait d'abord été qu'une graine transportée jusqu'ici par une pie voleuse,

oblidada. Lei sasons avian ritma sa vida ; de côps en idraçant sa rusca e sei agulhas finas,
puis oubliée. Les saisons avaient passé sur lui, tantôt desséchant son écorce et ses fines aiguilles,

Calorassas d'autres côps l'aclapant sota lo pes d'una nèu non costumièra dins aqueu pais.
tantôt l'écrasant sous le poids d'une neige inhabituelle pour le pays.

e freds aviàn pas copat son creis, mas l'aviàn socament arenat, lo forçant de luchar,
Chaleurs et froids n'avaient point arrêté sa croissance mais l'avaient seulement ralentie, l'obligeant à lutter,

corajos e testut. Ara, ben plantat, naut coma un ôma, podià contemplar la vallada en bas
courageux et tenace. Maintenant adolescent, de la hauteur d'un homme, il pouvait contempler la vallée tout au bas

dau planasteu onte s'encaissava Gardon. S'alassava pas de la regarda. Coneissià lo mendre recanton,
du plateau les gorges du Gardon. Il ne se lassait pas de la regarder, connaissant par cœurr.

lei mendres detalhs que s'esclairavan au grand matin e que puei
chaque moindre recoin, chaque colline, chaque maison, qui apparaissaient à ses yeux, tôt le matin, puis

s'avalissiàn a cha pauc dins leis ombras dau clabrun.
se fondaient lentement dans les ombres du soir.

Eriam en decembre. Avià pas fach freg, que de lônga avià regnat de plueja.
Nous étions en décembre. Cette année les pluies avaient duré, repoussant les froids de l'hiver.

Dins la vallada, desempuèi dos mes lei caminieras dau vilatge fumavan. Lei tordres maigrinous
Dans la vallée, depuis longtemps déjà les maisons du village s'étaient mises à fumer. Les tourdres amaigris

èran tornats dei montanhas mai frejas onte la pitança s'amenusava. Aici quauquei gruns
Ici quelques grains étaient arrivés des montagnes plus froides, où la nourriture commençait à se faire rare.

de rasin amoligassits per lei primieras jaladas tremolejavan encara sus lei gavels noseluts e
de raisin, ramollis par les premières gelées matinales, tremblotaient encore, accrochés aux sarments noueux et

desfuelhats. Lei tordres s'en regalavan dins la nebla matinieira ; s'assadolavan en becant
défeuillés. Les tourdres s'en régalaient dans le matin brumeux, picorant jusqu'à s'en rendre saouls

lei grans confits per lo sorelh d'automna.
les baies chargées de sucre.

N'i avià, de côps quei a, campejats per un caçaire, que se veniàn aparar dins sei branquetas
Parfois l'un d'eux, poursuivi par un chasseur venait se poser sur les fines ramures,

ramadas que plegavan sota lo pes.
les faisant ployer sous son poids.

Nôstre pin leis aimava aquelei visitaires de passatge e envejava de devenir pron grand
Notre arbre les aimait ces visiteurs de passage et il rêvait de devenir un jour suffisamment grand

e fôrt un jorn per lei mielh aculhir. Coneissià sei quilats , devinava seis esfralhs sens poder
et fort pour mieux les accueillir. Il connaissait leurs cris, il devinait leurs troubles, sans pouvoir

i parlar coma l'aurià vougut.
leur parler comme il l'aurait voulu.

L'ôme s'aprochèt una matinada mai grisa que leis autras . Lo veiguèt veritablament ,
C'est par une matinée plus froide que les autres que l'homme s'approcha. Il ne le vit vraiment,

sortent de la nebla, quora fuguèt sus eu. Dins lo moviment que faguèt veguèt lusir la lama
émergeant de la brume, que quand il fut sur lui. Au mouvement qu'il fit il vit briller la lame

que l'ôme brandissià.
que l'homme brandissait.

Lo tust dau talhador lo faguèt trantalhar ; tombèt un cort revès d'agulhas finas ;
Le choc du couperet l'ébranla tout entier, répandant tout autour une brève pluie d'aiguilles,

dins la terra lei racinetas s'espeteran.
brisant net dans le sol les fines radicelles.

L'ôme picava totjorn. La susor perlejava sus son front rabinat.
L'homme frappait toujours. Sur son front brun perlaient les gouttes de sueur.

A cada côp mandava un bofe rau que cadançava l'esfôrt.
Il accompagnait chaque coup d'un souffle rauque, bruyant, qui cadençait l'effort.

Vite, en bas dau tôs la plaga se duerbissià, esclatant en estelons lusents, banhats de saba.
Rapidement, au bas du tronc, la plaie s'élargissait éclatant en fibres brillantes mouillées de sève.

I aguèt lèu pus qu'un fin moceu de rusca per religar l'aubre e si rasigas.
Bientôt l'arbre ne fut plus relié à ses racines que par un fin morceau d'écorce.

Doçamenet se clinàt , puèi dins un fible cracinament se cochèt au sôu.
Lentement il s'inclina puis dans un craquement se coucha sur le sol.

Moriguèt pas sus lo côp ...
Il ne mourut pas tout de suite...

Aguèt encara lo temps, carrejat au vilatge, lo monhon de son pè enfonçat dins un ferradàs
Il eut encore le temps, transporté au village, le moignon de son pied enfoncé dans un lourd seau

de terra, enguirlandat de lumets, de veire lusir la jôia dins leis uèlhs deis enfantons,
de terre, couvert de beaux atours et de lumières, de voir la joie briller dans les yeux des enfants,

insensibles à son trepàs.
insensibles à son trépas.

Texte et traduction d'André Potin