Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/12/2010

L' oulivado - La cueillette des olives

Novembre, la cueillette des olives, l’olivade ou l’olivaison bat son plein et il n’est pas rare de voir dans nos campagnes, se mouvoir dans les oliviers des ombres incertaines accrochées aux branches, ce sont lis oulivaïre (1) :

Quand vèn lou matin tout blanchi pèr l'eigagno
Quand vient le matin tout blanc de rosée
Vesès lis oulivaïre ana toutis à flot
On voit les cueilleurs d'olives aller tous ensembles
S'en van en risènt au pèd d'uno moutagno
Ils s'en vont en riant au pied d’une montagne
Ramassa lis oulivo e groussi lou magot.
Ramasser les olives et grossir leur bourse

Extrait (1ère strophe) de la « Cansoun dis Oulivaïre » composée par Irénée AGARD (1878-1944) de Caromb (Vaucluse) et réinterprétée par Patric dans « les plus beaux chants d’Occitanie Vol 2 - Languedoc & Provence » ou dans « Patric en concert ».


L'oulivado.jpg


L’olive transformée en huile a été une des bases nutritionnelles dans nos pays méditerranéens depuis « des temps immémoriaux » (2)

Quand à l'olivier, il semble naitre à l'état sauvage en Asie Mineure au début du néolithique (8000 ans avant JC). Son aptitude à s'adapter à différentes structures de sol fait qu'on le retrouve sa culture sur le pourtour méditerranéen bien des siècles plus tard.
De nos jours, les principales variétés (3) cultivées dans le Gard sont la Picholine (plus de 85 %), la Négrette ou Noirette (plus de 70 %), les variétés secondaires pour moins de 15 %: la Lucques, Sauzen Vert, Rougette de l'Ardèche, Olivastre, Broutignan, Vermillau, Cul Blanc, Verdale de l'Hérault, Aglandau, Amellau, Pigalle, Piquette.

La plus connue de toutes, dans notre région, est évidemment la Picholine. Cette variété, aussi appelé Plant de Collias ou Colasse est originaire de Collias.
Selon la légende, ce sont les grecs de Phocée, à l’origine de la création de Collias, qui, fidèles à leur rôle de diffuseurs de l'olivier, comme ils l'avaient déjà fait à Massalia en 600 avant J.C., auraient planté ou plutôt greffé un olivier sur l'oléastre indigène et créé le plant de Collias.
Le terme Picholine vient de la mise au point d'une méthode de désamérisation par les frères Picholini de Saint Chamas (Bouches du Rhône) en 1780. Ces frères Picholini, originaires d’Italie, installés comme préparateurs d’olives à Marseille, pour "transmuer en douceur l'amertume de l'olive verte", trouvèrent l'astuce "de la laisser 2 mois dans une lessive alcaline de cendre de bois", ainsi naquit l’olive à la Picholine.
Dans la seconde moitié du XIXème siècle, les chimistes mirent au point la lessive de soude, ce qui facilita la maîtrise de la désamérisation des olives en plus grande quantité.
La qualité gustative de cette préparation et sa typicité ont dépassé les limites de notre région pour conquérir le marché européen.
Après l’Appellation d'Origine Contrôlée obtenue pour "l’huile d'olive de Nîmes" en 2004, l'olive Picholine a été reconnue en AOC en 2006, et s’appelle désormais "Olive de Nîmes".
En novembre 2010, l'Olive de Nîmes a obtenu sa reconnaissance en Appellation d'Origine Protégée (4), signe officiel de qualité reconnu à l'échelle européenne, qui remplace dorénavant l'AOC.

De nos jours le Gard compte 3900 hectares de superficie oléicole dédiés à la production de l'huile d'olives, ce qui représente 8 % de la superficie oléicole nationale, et élève le département au troisième rang national.

De Collias à Sanilhac, nous n’avons qu’un pas à faire pour écouter le Félibre de Sanilhac :

CANSOUN DIS OULIVADO (5)
CHANSON DES OLIVADES

Aquelo poulido cansoun
Cette jolie chanson
Que duro touto la journado
Qui dure toute la journée
Maougré lou fré de la sésoun,
Malgré le froid de la saison,
Es la Cansoun dis Oulivado.
C’est la chanson de l’olivaison.
Escoutas la, vé, que vaï ben,
Écoutez bien, car elle va
Parla l’amour de moun village
Dire l’amour de mon village
Et soun couplet que s’endeven,
Et son couplet qui s’ensuit
Din l’oulivié faï soun ramage.
Dans l’olivier fait son ramage.
Din qu’un tem, ia maï de cent an,
Il y a de cela cent ans,
Un réi vouié’spousa Pastresso.
Un roi voulait épouser une bergère
– Sian per aqui ver la Toussan –
– Nous sommes vers la Toussaint –
Lou réi iè fasiè de proumesso.
Le Roi lui faisait des promesses
La Pastresso aïmé maï soun Jan.
La bergère péfère son Jean.
Aïmé maï mi bedigo
J’aime mieux mes brebis
Que touti ti diaman,
Et malgré tes diamants,
Aïmé maï mi garrigo,
J’aime mieux mes garrigues,
Aïmé maï moun béou Jan.
J’aime mieux mon beau Jean.

Albert ROUX
Décembre 1911.

Traductions B. Malzac

(1) Cueilleurs d’olives
(2) Expression que l’on retrouve souvent dans les textes anciens pour indiquer la lointaine origine.
(3) Référence site AFIDOL - Association Française Interprofessionnelle de l'Olive a été créée en 1999.
(4) A.O.P est la dénomination d'un produit dont la production, la transformation et l'élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté. L’olive de Nîmes ou Picholine est cultivée et transformée dans 183 communes du Gard et dans 40 communes de l’Hérault.
(5) Poème extrait de « Lou parage d’Usès » - Présentation, traduction, notes et commentaires de Bernard MALZAC et Jean-Bernard VAZEILLE - Lucie éditions 2008 - Voir la rubrique « livre » de ce blog.