Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/09/2011

PARUTION DU N° 3 DE LA NOUVELLE CIGALE UZEGEOISE

La cigale uzégeoise fait partie du patrimoine uzétien et uzégeois. Dans le n° 0 de la Nouvelle Cigale Uzégeoise, Jean Louis Meunier a consacré un article fort bien documenté sur l’historique de cette revue scientifique et littéraire. En voici quelques extraits :

De 1926 à 1934, cette revue a donné à la ville d’Uzès une audience littéraire, scientifique et artistique qui mérite considération et attention. Créée, dirigée par Georges Gourbeyre puis, suite au décès de celui-ci le 9 juin 1932, par son fils Claude, la collection (54 numéros) est difficile à réunir – la Médiathèque d'Uzès, qui a consacré de septembre à novembre 2000 une exposition aux Éditions de la Cigale, en détient un exemplaire complet –. Quant aux archives, Madame Nicole de Bessé, fille de Georges Gourbeyre, conserve une grande partie de celles ci, notamment des correspondances avec les collaborateurs des éditions, dont les doubles sont aussi déposés à la Médiathèque d'Uzès.
Une cigale stylisée était l’emblème de la revue. Celle-ci, d’une quarantaine de pages en moyenne, paraissait tous les deux mois, sous couverture de couleur lilas foncé le plus souvent. Le format en hauteur en est agréable et, détail non négligeable, elle se range facilement dans la bibliothèque.
La famille Gourbeyre, d’ancienne souche auvergnate, comptait nombre de papetiers réputés. Georges, amoureux lui aussi de beaux papiers, d’histoire, de littérature et d’art, souhaitait ardemment que sa ville d’élection connaisse la célébrité dans le domaine intellectuel. Au nombre de ses amis, dont la situation dans les Lettres était établie à Paris et en province, il y avait Jean-Jacques Brousson, le spirituel secrétaire d’Anatole France, écrivain et journaliste réputé, parfois craint, Henri Pourrat, Francis Jammes, Amélie Murat, Yves-Gérard Le Dantec, Marcel Coulon (qui a beaucoup fait pour Rimbaud, Verlaine, Ponchon et Mistral), Jean Pourtal de Ladevèze, et certains d’entre eux ont publié dans La cigale uzégeoise
….


Puisqu’il voulait que sa revue s’ouvre aux sciences, à l’histoire, aux beaux-arts, Georges Gourbeyre sut fédérer ces esprits éclairés à la nécessité de partager leurs passions et leurs savoirs avec les lecteurs – et ils furent nombreux et fidèles – qui, bien préparés par une campagne de presse efficace à laquelle Brousson prit une large part, étaient désireux de connaître ce qui dépassait le cadre strict d’Uzès, et intéressés par une approche constructive de leur patrimoine immédiat. L’époque s’y prêtait, l’histoire locale jouissait déjà d’une renommée certaine, le maurrassisme favorisait ce retour à la Province et à son identité politique, sociale et intellectuelle et Uzès bénéficiait depuis des dizaines d’années d’une abondante littérature historique et de création : premier duché de France, lieu de résidence d’intellectuels avertis et fortunés, le souvenir du séjour de Racine y était vivace, le passage du cardinal Pacca connu, la famille Gide avait porté la ville au-delà du Gard et – c’est certainement la principale raison – Uzès attendait qu’une personnalité entreprenante bouscule cette atmosphère un peu somnolente qui enveloppait la cité

Après la mort en 1932 du fondateur, un numéro spécial, bordé de noir, fut consacré à Georges Gourbeyre. A sa lecture, on se rend compte combien cet évènement fut douloureux, humainement et pratiquement : Gourbeyre brutalement disparu – les témoignages émouvants et sincères le laissent entendre a contrario – que deviendra la revue ? Si, entre 1932 et 1934, la variété des textes et illustrations est réelle, l’enthousiasme, lui, s’étiolait. Il en reste une belle et riche expérience et un document de nature à tenter une étude de sociologie locale, politique, littéraire (au sens large du terme) et artistique. Certes, la qualité des collaborations est très diverse, mais on ne saurait le regretter : il en était ainsi à l’époque (des rapprochements avec des tentatives locales et régionales semblables le démontreraient), les attentes des lecteurs étaient assurées, d’autres revues, qui avaient une audience nationale et internationale, participaient d’un paysage intellectuel foisonnant. S’il y a une leçon multiple à retenir de cette flamme uzétienne et uzégeoise, c’est la volonté d’un personnage cultivé, attentif, résolu et convaincant, son enthousiasme et celui de ses amis et de ses lecteurs, et le témoignage digne d’intérêt par sa diversité que La cigale uzégeoise apporte sur un moment de la vie intellectuelle – lettres, histoire, sciences et beaux-arts mêlés – d’une cité rayonnante


La revue n°3 de la Nouvelle Cigale Uzégeoise sera présentée le samedi 18 juin 2011 à la Médiathèque de Belvezet

 

Cigale, littérature, Uzége, Lucie éditions, revue, culture, languedocien, provençal

 


Sommaire
Présentation du Comité de rédaction et de Lucie éditions
Dessin de Gérard DEPRALON
Éditorial
Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux par Jean-Louis MEUNIER
Marcel Coulon et l’héritière de Rimbaud par Jean-Marc CANONGE
Gustav Mahler (1860-1911). Un revenant en pays d’Uzège par François-Guy ABAUZIT
La surpopulation : mythe ou science-fiction par Bénédicte GASTINEAU
Catherine Auguste : Cabinets de Curiosités ? Interview par Henri PEYRE
L’émeraude de la duchesse d’Uzès par Jocelyn BRAHIC
Jules de Saint-Félix (d’Uzès) et les libraires par Jean MIGNOT
Chronique du temps qu’il fait par Jean MIGNOT
Souvenirs : l’O.M. et l’équipe de France à Uzès par André Tardieu
L’orthodoxie en Uzège par Dominique ACHARD
Un poète contemporain : Emile Bonnel par Jean-Marie ISNARD
Gens d’ici et d’ailleurs
Poèmes de Charlette-Jeanine BIANTI et Jacques GUILLON
Le fourneau de la cigale – Lo forneu de la cigalo : Les hommes savent-ils cuisiner ? Texte et recettes de Thomas FELLER
Glanes et grappilles : Soulages et diverses notes de lecture par Jean-Joseph LACOEUILHE, Hervé ABRIEU, Laurence et Christian FELLER
La Cigale d’antan

Abonnement 2010 - 2011

06:30 Publié dans Revues | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bravo pour la qualité de votre Nouvelle Cigale et pour votre enthousiasme entrainant.
Nous attendons votre n°3 avec intèret et assisterai sans doute à sa présentation à Belvezet suivant l'heure de ce rendez-vous que je ne connais pas encore.
Avec mes bons voeux de succès
Frédéric Sepulchre

Écrit par : Sepulchre | 13/06/2011

Les commentaires sont fermés.